All-Ireland 2014

dimanche 22 septembre 2013

Pourquoi personne ne peut égaler la GAA.

Je me permet de placer une traduction d'un article paru dans  "l'indo" daté d'hier et expliquant le lien fort qui unit les irlandais à leur sport national, son coeur battant et son esprit qui n'a jamais été aussi vivant en ces temps de crise économique.

 Pourquoi personne ne peut égaler la GAA.


John Meagher revient sur un été de football gaélique ensoleillé et de matchs disputés dans des stades bien remplis qui aura vu l'association (la GAA) défier toutes probabilités et laisser ses rivaux dans l'ombre.

L'idée que la GAA serait démodée est tout simplement absurde. Il s'agissait d'une organisation parfaitement huilée dés ses débuts — et c'est toujours le cas.



Ce fut, en tout points, un été exceptionnel pour la GAA, un des championnats de hurling les plus absorbants depuis des lustres, des affluences en hausse dans tout les comtés et l'une des finales de football les plus attendues depuis des années.
La semaine prochaine, les hurlers de Cork et Clare reviendront fouler la pelouse de Croke Park pour un replay très attendu, il s'agira d'ailleurs de la seconde finale à rejouer en un an.



Malgré une cinquième année de récession, malgré l'attraction toujours immense provoquée par le football "d'outre channel" et un rugby irlandais compétitif , la GAA ne se contente pas de survivre, elle est en plein essor, son image n'a jamais été aussi florissante.

"La GAA est encrée au plus profond de la conscience nationale", confime Robbie Butler, "intrinsèquement lié à la communauté, plus qu'aucun autre sport et plus encore dans l'Irlande rurale" , "l'amateurisme y est célébré, même si le fonctionnement de l'organisation s'est totallement professionnalisé avec le temps, tout en restant en accord avec une philosophie de proximité"


"C'est plus qu'un simple sport, et cela l'a toujours été" poursuit t-il,
"Regardez les expatriés, l'une des premières choses qu'ils font en arrivant dans un endroit, c'est de chercher un club GAA si il existe un, cela rassemble les gens."

Les sports gaéliques aident à renforcer le sentiment d'identité propre, et les supporters s'identifient plus facilement aux joueurs que dans n'importe quel autre sport, ce sont souvent des gars avec lesquels ils ont grandi, ils les ont fréquentés sur les bancs de l'école, du collège ou les connaissent via le boulot ou autre. Dans mon comté, par exemple, à Waterford, vous verrez sans problème 25.000 personnes se rendre à  Thurles pour suivre les hurlers en championship, mais pas plus de 500 pour suivre Waterford United lors des rencontres de championnat d'Irlande de soccer , les liens sont fondamentalement différents.”

Paul Dermody, le responsable du secteur commercial de la GAA affirme que, comme cela était le cas aux origines de l'association fondé par Michael Cusack et ces camarades en 1884, l'éthique, la philosophie communautaire reste essentielle. “86% de tout les revenus de Croke Park (billets, boutique, musée) sont reversés à la base via les 32 comtés”. “ Les 2,500 clubs dans le pays et les 300 de l'étranger sont la pierre angulaire de l'association et le seront toujours“.

Il est capital, dans le même temps, d'entretenir la "marque" GAA du mieux que nous le pouvons, l'accent a été mis la dessus depuis 2007 et l'introduction du nouveau logo, l'année suivante nous signions le nouvel accord multi-sponsors pour le football et le hurling.”

Les dirigeants de la GAA ont suivi de très près le modèle de développement financier initié par l'UEFA Champions League au moment d'établir l'actuelle strucutre comptant six sponsors distincts pour les championnats de football et de hurling, trois par catégorie. “On ne doit pas rester borné et hermétique,” poursuit t-il. “Il faut apprendre des autres sports sur la façon de se monétiser au mieux.” L'une des membres de l'actuel équipe marketing de la GAA, Rebecca Hocking, occupait auparavant, et avec succès, une fonction similaire dans la promotion de l'Australian Football League.

Dermody souligne encore que grâce au partenariat avec le groupe Musgrave, les billets, qui peuvent être achetés dans les supermarchés Centra et SuperValu partout dans le pays, sont plus facilement accessible que dans le passé. Il s'agit selon lui d'un facteur non négligeable dans le progression de 10 à 15% de la fréquentation dans tous les comtés.
"L'adaptation parfaite des comtés aux réseaux sociaux ces dernières années à favorisé un plus haut niveau d'engagement des supporters, à tous les niveaux, c'est leur association après tout!" se réjouit t-il.


Tom Byrne est parfaitement placé pour évoquer l'attraction magnétique exercée par la GAA. Ses deux buts en fin de match permirent à Mayo de remporter le All-Ireland minor en 1978, et sa carrière senior connu un point d'apogée lors de la demi finale du All-Ireland 1985 contre Dublin.
Le football est sa raison de vivre et, bien que vivant à Chicago, vingt ans après avoir raccroché les crampons, il ne raterai pour rien au monde l'occasion de revenir au pays à chaque fois que Mayo dispute une finale de All-Ireland , selon lui  “Il était inconcevable de ne pas être ici ce jour là”.

Pour un grand nombre de personnes en Irlande, la GAA est au centre de leur vie”.  Big Tom, comme il est affectueusement surnommé dans le Mayo, poursuit. “Il n'y à pas que le comté qui ait de l'importance, le club également. Tout part de la base,  des milliers de personnes à travers le pays abattent un boulot phénoménal  en tant que bénévole. C'est ce qui rend la GAA si forte après toutes ces années”.

Mayo et ses supporters sont suffisamment avertis de la difficulté de la tache qui les attends, ayant échoué dans la conquête de la Sam Maguire Cup lors de leurs six tentatives en finale depuis leur dernière victoire en 1951, mais Big Tom est confient et certain que dimanche l'histoire tournera en leur faveur.
 “Je pense qu'on y arrivera ce coup ci. La foi est immense dans tout le comté, et c'est génial ici à Kiltimagh , de voir tout le monde, jeune et vieux, derrière les gars.

Cependant , l'histoiren de la GAA, Paul Rouse estime que même si des événements prestigieux comme les finales de All-Ireland auront toujours la capacité d'attirer les foules, l'organisation devrait être plus attentive à ses membres appartenant à la base ou aux supporters ordinaires qui fréquentent les petites rencontres locales.
Les prix des billets sont trop chers,” explique t-il “Par temps de récession, des entrées à 12 euros pour des matchs locaux sont trop élevés, cela ne devrait pas excéder 5 euros. Il ne faut pas oublier que 2% seulement des pratiquants jouent en inter-comté, les 98% restants et qui sont sur les terrains chaque semaine ne doivent pas être négligés. C'est grâce au dévouement de ces gens que la GAA continue à jouer un rôle primordial dans le vie irlandaise.”


En fin de compte, ce sont les matchs en eux mêmes qui demeurent le meilleur produit d'appel de la GAA,  “A l'origine, l'attraction pour la GAA tient dans la beauté pure et brut des matchs, cela fut longtemps le cas et le sera certainement dimanche au moment du coup d'envoi.

BONNE FINALE A TOUS!!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire