All-Ireland 2018

samedi 1 septembre 2018

Finale du All-Ireland 2018: le preview

La Sam Maguire Cup, objet de tout les désirs 

Nous y voilà! 

J-1 avant le sommet de la saison.

Équivalent de la finale de la Ligue des champions au soccer ou du superbowl de foot US, la finale du All Ireland de football gaélique reste un must absolu, LE grand moment du sport irlandais, et de loin.




Dublin et Tyrone ont donc gagné le droit de se disputer la prestigieuse Sam Maguire Cup, à l'issu d'une saison qui aura vu l'inauguration du "super 8" (phase de groupes supplantant les traditionnels quarts de finale à élimination directe.
Autre nouveauté, la finale qui se disputait habituellement le troisième dimanche de septembre a été avancée au premier, et aurait même dû se tenir fin aout, avant d'etre décalée d'une semaine en raison de la visite papale à Dublin la semaine passée.

Dublin et Tyrone sont deux valeurs sures et deux cadors du circuit de cette décennie, mais leurs palmarès récent n'ont rien de commun.
D'un côté, le champion en titre dublinois en quête d'un quatrième sacre consécutif, et qui rêve de rejoindre sur l'olympe du gaélique le grand Kerry (1929-1932 et 1978-1981) et Wexford (1915-1918), les deux seuls comtés à avoir réussi cette passe de quatre mythique.
De l'autre, Tyrone et son inamovible manager à casquette, le renard Mickey Harte, soixante six ans (coach à la plus grande longévité puisque il est en poste depuis la saison 2003), qui retrouve la grande finale pour la première fois depuis 2008. Les red hands avaient cette année là, et à l'identique de leur parcours en 2018, chuté d'entrée face à Down en Ulster, réalisant dans la foulée le sans fautes dans les méandres des qualifs pour retrouver et battre Kerry en finale.

Les deux camps se sont déjà affrontés en finale du All-Ireland en 1995, pour une victoire controversée des dubs (avec Jim Gavin comme joueur) qui priva à l'époque Tyrone d'une première Sam Maguire Cup historique, et le comté à la main rouge devra attendre huit ans avant de pouvoir enfin soulever le calice géant.
Ce titre de 1995 restera d'ailleurs le dernier des dubs avant une traversée du désert longue de seize années jusqu'au sacre de 2011.

Mickey Harte 

Une finale et une opposition de styles incarnée par deux coachs de référence. L'emblématique Harte donc, côté Tyrone, maître tacticien incontestable, et dont l'une des vertus principales est la faculté à improviser et à surprendre. Maintes fois contesté depuis quelques saisons, et ce pas plus tard qu'il y à un an pour la dernière fois (après une sévère défaite en demis face à Dublin), Harte brave la tempête et maintien le cap depuis près de seize ans.

Jim Gavin

De l'autre, l'insatiable Jim Gavin, collectionneur de trophées boulimique (vainqueur de 15 des 17 compétitions disputées par son équipe), qui a su capitaliser sur une génération dorée et la mener au firmament de ce sport. Car si Pat Gilroy fut l'homme qui rendit à Dublin sa stature en 2011, Gavin est lui parvenu à insuffler cette état d'esprit conquérant et ce mental indestructible qui ont fait la force des boys in blue lors des dernières finales remportées à chaque fois par une marge infime et dans les derniers instants, face à Kerry en 2015 puis face à Mayo en 2016 et 2017. Une révolution dans un comté qui n'a jamais manqué de talents durant son histoire, mais qui se caractérisait régulièrement par sa faiblesse psychologique dans les grands rendez vous.

Tyrone a certes perdu sa super star Sean Cavanagh, qui a mis fin à sa carrière inter-comté en 2017, mais peut compter sur un groupe jeune et dont la grande force est l'interchangeabilité des éléments.
Comme dit plus haut, la faculté à improviser et à s'adapter aux événements est l'une des forces de cette équipe, faculté se conjuguant à une discipline absolue et à la fidélité à un plan de jeu dans lequel chacun connait son, ou ses rôles sur le bout des doigts.
La grande constante tactique caractérisant Tyrone est la mise en place de ce double sweeper dans les phases de jeu sans ballon, devant le ligne de full backs ou (et) en soutien des milieux def, dissuadant au maximum les prises de tirs rapides de l'adversaire. Un système dont le grand horloger et le garant absolu est Colm Cavanagh, auteur à 34 ans de la plus belle saison de se carrière.
Les rouges et blancs sont clairement cette année les plus à même de perturber la machine dublinoise et s'affichent comme la meilleure équipe du pays en contre-attaque. Tyrone avait d'ailleurs quasiment fait jeu égal avec le champion sortant lors de leur rencontre comptant pour la première journée du super 8, le but de James McCarthy en début de seconde période s'avérant décisif (0-14/1-14).

Ciaran Kilkenny (Dublin), favori au titre de meilleur joueur 2018


Mais les dubs font figure de machine de guerre, et Gavin peut compter sur un groupe dans lequel tout les postes sont quasiment doublés à égal valeur.
Les mobilettes McCaffrey, Howard et Fenton, le tourbillon Scully, le tank McCarthy, Rock l'artilleur, Mannion, Kilkenny, la liste est sans fin.
Cette capacité à accélérer au bon moment et à trouver la profondeur en partant parfois de très loin pour débloquer une situation délicate, est l'atout majeur de Dublin, comme ce fut le cas face à Galway en demi avec l'éclair de McCaffrey.
Dublin c'est aussi la patience, le jeu de passe sûr et précis pour attendre l'ouverture et planter la banderille mortelle. Toujours en maitrise totale du rythme et dans la gestion méticuleuse des efforts.

Les dubs sont évidemment les grandissimes favoris de  cette 131ème finale de championship, mais comme lors de leurs trois derniers titres, la marge finale ne devrait pas être si grande et mentalement, Tyrone n'est pas Mayo, loin s'en faut.
D'autre part, comme souvent dans le football gaélique moderne, les prestations des deux gardiens seront décisives, et plus encore par leurs kick outs, décidant souvent de la possession au milieu, que par leur activité sur la ligne.

Niall Morgan (Tyrone)

Avec Cluxton (Dublin) et Morgan (Tyrone), on tient d'ailleurs probablement, et c'est tout sauf un hasard, les deux meilleurs du pays à ce poste, avec peut être un léger avantage à ce dernier sur les 2-3 dernières saisons.

Rendez vous dimanche à 16h30 dans le Colisée dublinois pour quoi qu'il en soit, un morceau d'histoire.




Leurs cinq derniers affrontement en championship:


2018: Tyrone - Dublin 0-14/1-14 (Super 8, phase de groupes)
2017: Dublin - Tyrone 2-17/0-11 (1/2 finale All Ireland)
2011: Dublin - Tyrone 0-22/0-15 (1/4 finale All Ireland)
2010: Dublin - Tyrone 1-15/0-13 (1/4 finale All Ireland)
2008: Tyrone - Dublin 3-14/1-08 (1/4 finale All Ireland)

Leurs parcours respectifs jusqu'en finale:


Dublin


Championnat du Leinster

v Wicklow 4-25/1-11 (1/4 de finale)
v Longford 2-25/0-12 (1/2 finale)
v Laois 1-25/0-10 ( finale)

Super 8 (Premiers du groupe 2)

v Donegal 2-15/0-16
v Tyrone 1-14/0-14
v Roscommon 4-24/2-16

Demis-finale

v Galway 1-24/2-12


Tyrone


Championnat d'Ulster

v Monaghan 1-16/1-18 (1/4 de finale)

Qualifications (Barrages)

v Meath 2-14/0-19 a.p (1er tour)
v Carlow 3-14/1-10 (2e tour)
v Cavan 0-18/1-12 (3e tour)
v Cork 3-20/0-13 (4e tour)

Super 8 (2ème du groupe 2)

v Roscommon 4-24/ 2-12
v Dublin 0-14/1-14
v Donegal 2-17/1-13

Demis-finale

v Monaghan 1-13/0-15




À savoir


* La dernière victoire de Tyrone face à Dublin, toutes compétitions confondues, remonte au 16 mars 2013 lors de la National Football League (0-18/1-14)

* Dublin a gagné ses matchs cette saison avec une marge moyenne de 13 points, pour une moyenne offensive de 2-22 en sept matchs. Tyrone affiche lui 2-16 de moyenne offensive en neuf rencontres.

* Tyrone a disputé cinq finales de All Ireland et en a remporté trois (2003, 2005 et 2008), pour deux défaites en 1986 et 1995.

* Mickey Harte dirigera Tyrone pour la dix-neuvième fois contre Dublin (League et Championship confondus). Son bilan est de 9 défaites pour Six victoires et 3 nuls.

* La dernière défaite de Dublin dans une finale de All-Ireland date de 1994 (face à Down). Depuis, les joueurs de la capitale ont remporté leurs six duels au sommet (face à Tyrone en 1995, Kerry en 2011 et 2015 et Mayo en 2013, 2016 et 2017).


La météo (exercice périlleux...mais "The Gaelic Football Club aime se mouiller)


Temps sec annoncé sur la capitale irlandaise, probablement nuageux avec d'éventuelles averses prévues pour la fin d'après midi ou le début de soirée.

vendredi 10 août 2018

Spéciale EuroGaélique 2018-Lorient



La deuxième édition du Gaelic Euro se tiendra cette fin de semaine à Lorient dans le cadre du festival inter-celtique.
Cinq sélections tenteront de succéder au palmarès à la Bretagne (chez les garçons) et à la Belgique (chez les filles), sacrées à Düsseldorf en aout 2017.

La Bretagne, championne d'Europe 2017 (crédit: Daniel Thiem)

Côté masculin, le tenant du titre breton évoluera cette année à domicile, et après avoir été décrocher le trophée face aux Pays-Bas l'année dernière, les gwenn ha du auront à coeur de bien figurer devant leur public.

La sélection nationale française effectuera elle sa première sortie officielle depuis mars 2017, et le déplacement en Galice.
Un test grandeur nature à un an des World Games, l'objectif majeur de l'équipe de coach Kowarski.

Les galiciens, habitués des déplacements estivaux en Bretagne, seront également de la partie, et restent de redoutables clients sur un format tournoi/journée, car même si ils s'étaient nettement inclinés sur 70 minutes lors du test match de La Corogne, il faut se souvenir que les hommes de coach "Jano" n'avaient cédés que pour deux petits points face aux bleus lors des derniers world games avant de remporter le Shield contre San Francisco.

L'Allemagne, présente aux derniers World Games 2016 et organisatrice du premier euro l'an passé, ne peut compter que sur un petit noyau de joueurs natifs et voyagera relativement léger cette année. Mais même si la manschaft sera complétée par des éléments extérieurs, le fait de présenter une sélection doit être salué et vu comme une nouvelle étape dans le développement des sports gaéliques outre Rhin.

Enfin, cette compétition sera également l'occasion de voir à l'oeuvre la dernière née des sélections régionales avec la participation de la toute nouvelle équipe de Gascogne (ou South West United), rassemblant des éléments des clubs bordelais, toulousains et niortais.

Chez les filles, la compétition devrait être très ouverte. Les Galiciennes et les Françaises n'avaient pas pu se départager lors de leur dernière confrontation à La Corogne et seront les deux favorites de ce tournoi, même si les Bretonnes, qui joueront sur leurs terres, feront figure d'outsider.
Là aussi, les World Games 2019 seront dans la ligne de mire.


Le programme complet de la journée:


Tournoi féminin



Tournoi masculin


                                                       Les effectifs 

                                           

 Bretagne:


 





Féminines:

Charlotte Besson (Vannes); Maude Loquais (Vannes), Adèle Dannoot (Vannes), Stéphanie Crozet (Paris/Rennes); Célia Firmin (Rennes), Lisa Hamon (Rennes), Elena Benoist (Rennes); Sarah Bowman (Nantes), Julie Jezegou (Brest); Manon Mauvais (Nantes), Flore Ménard (Lorient); Melinda Aguilar (Vannes), Morgane LeBoulc'h (Rennes), Marine Herbert (Nantes)

Hommes:

Jean Jacques Chesnais (Rennes); Jean Thomelin (Liffré), Sylvain Roinard (Quimper), Martial Chesnais (Rennes); Camille Dreillard (Nantes), Yoann Dissez (Rennes), Ronan Hervé (Lorient); Antoine Durmann (Vannes), Arnaud Vitrai (Nantes), Romain Balanant (Rennes); Charles Antoine Josso (Lorient), Nicolas Gouin (Nantes); Ludovic Lumineau (Guérande), Damien Le Clec'h (Guérande).

 

 

France:

Page Facebook: Sélection France GAA

                                                                



Féminines:

Léa Viret (Paris), Estelle Roche (Rennes); Samantha Delorme (Paris), Julia Le Coq (Rennes), Pauline Paracchini (Clermont); Claire Bonnal (Rennes), Flora Duquesne (Rennes), Claire Vigier (Paris); Angélique Lechevallier (Nantes), Marion Le Couls (Rennes), Camille Auguste (Rennes); Lydie Fageon (Clermont), Julie Coquelle (Rennes), Marianne Siloret (Rennes)

Hommes:

Jean Tisserand (Paris); Yoann Kersuzan (Liffré), Joris Besson (Clermont), Pol Ewen Rault (Nantes); Baptiste Lezin (Bordeaux), Léo Blanchamps (Paris), Gwenole Leost (Rennes), Mickaël Bonnet (Clermont); Lilian Hirigoyen (Paris), Guillaume Bontemps (Clermont); Antoine Botrel (Liffré), P Guéret, Nathanael Liné (Rennes)




 Galice:


Page Facebook: Seleccion Galega de Futbol Gaelico







Féminines:

Leticia Zapata Medina (Fillas de Breogan); Lucia Mella Montouto (Estrela Vermelha), Anxela Maria Estévez Salguero (Estrela Vermelha), Paula Paz Abelleira (Fillas de Breogan), Lorena Pereiro Taboada (Herdeiras de Dhais); Sonia Sobral Redondo (Fillas de Breogan), Laura Paz Abelleira (Fillas de Breogan), Carme Reboreda Fernandez (Pontevedra FG); Alba Rodriguez Fernandez (Auriense), Maria Garcia Fernandez (Fillas de Breogan), Nazaret Touceiro Peón (Herdeiras de Dhais); Laura Nercellas Garcia (Herdeiras de Dhais), Uxia Castro Fondo (Estrela Vermelha), Vanessa Calviño Garcia (Estrela Vermelha)

Hommes:

José A. Barbeito "Mancu" (Irmandinhos A Estrada); Julián Otero Pérez (Fillos de Breogan), Brais Prieto Moure (Estrela Vermelha), Jacobo Dorrio Dacuña (Auriense), Sergio Salgado Rey (Irmandinhos); Pablo Bermejo Garcia (Estrela), David Fuentes Tercero "Kanario" (Irmandinhos), Pablo Fraiz Neira (Irmandinhos); Daniel Santalla Silva (Herdeiros de Dhais), Alejandro Costoya Bello (Estrela), Adriano Quiroga Castiñeira (Estrela); Iago Couso Pazo (Estrela), Rubén Leborán Carballeiro (Estrela), Victor Santos Hernando (Fillos)



Gascogne:


Page FacebookLigue du Sud Ouest de football gaélique





Hommes:

Grégory Garrault (Niort); Damien Benay (Niort), Nicolas Tissier (Bordeaux), Romain Faranda (Toulouse); Jean-Noël Prouteau (Niort), Yohan Groizeleau (Bordeaux); Pierre Lemasle (Niort), Thomas Silva (Toulouse); Guillaume Gouffrant (Bordeaux), Nicolas Belani (Bordeaux), Christophe Ferré (Bordeaux); François Philippe (Niort), Joël J (Toulouse)

 

Allemagne (en attente)

Page Facebook: GAA Germany



       



mardi 24 juillet 2018

2ème journée de super 8: le power ranking

Le but salvateur de David Clifford (Kerry) en fin de match face à Monaghan 

Ce super 8 ne déçoit pas et offre décidemment des rencontres d'une intensité dramatique et d'un niveau toujours plus élevé.
Dublin et Galway restent après deux journées les deux seules équipes à deux victoires, et Kerry est passé à deux doigts de se faire éjecter de la course aux demis par un surprenant Monaghan.
Retour sur cette deuxième journée et projection vers le dernier carré.



8. Roscommon

Niall McInerney (à gauche) à la lutte avec McNiallais 

C'est fini pour les rossies, battus chez eux par Donegal 0-13/0-20 et éliminés après un deuxième revers de rang.
Remis d'aplombs défensivement après la volée subie face à Tyrone, les joueurs de McStay ont  tenu le choc en première mi-temps, avant de plier, en raison notamment d'un trop grand déchet offensif à longue distance.

Sur le pont pour le troisième week-end consécutif, Roscommon a accusé le coup et progressivement lâché physiquement, puis mentalement.
Ils vont comme tout le monde bénéficier de deux semaines de relâche, avant d'aller défier pour l'honneur les dublinois à Croke Park.

7. Kildare


L'exclusion de Kevin Flynn, tournant du match pour Kildare


Comme Roscommon, Kildare sait déjà avant la dernière journée qu'il ne verra pas le dernier carré, après une deuxième courte défaite, cette  fois face à Galway 0-16 à 0-19.
Mais contrairement aux rossies dans l'autre groupe, Kildare peut nourrir quelques légitimes regrets, car comme la semaine passée face à Monaghan, leur destin s'est joué une fois encore à peu de choses.
L'exclusion de Daniel Flynn au bout de dix minutes en seconde période fut probablement un tournant décisif. Malgré tout les lillies ne se sont jamais démobilisés, et reviendront même à un petit point de Galway à cinq minutes du terme, avant que le money time ne fasse basculer le sort de la partie en leur défaveur.

Kildare jouait là son cinquième match en autant de week-end, avec un banc loin d'être extensible en terme de qualité.
L'équipe de Cian O'Neill se rendra dans deux semaines à Killarney pour défier Kerry sans avoir plus rien à jouer, mais avec le soucis de sortir la tête haute, et pourquoi pas de causer quelques soucis à un kingdom loin de son meilleur niveau.

6. Kerry


David Clifford

Ça se joue à peu de choses une saison, et celle de Kerry a bien failli tomber en miettes à Clones dimanche. Mais une déviation venue de nulle part signé Kieran Donaghy, suivi d'un but du "wonderkid" David Clifford a finalement permis au kingdom de rester en vie dans ce All-Ireland.

Une chose est certaine, Kerry n'a plus son destin entre ses mains, et si il devra s'imposer face à Kildare à domicile, il faudra dans le même temps compter sur une défaite de Monaghan à Galway. Sans compter que la différence de points est également favorable aux farneys (+5 d'écart).

Autre certitude, en cas d'issue heureuse dans quinze jours, Kerry devra sa frotter à Dublin en demi pour espérer retrouver sa première finale depuis 2015.

5. Donegal

Michael Murphy


Après avoir mené la vie dure à Dublin, Donegal ne s'est pas fait piéger du côté de Roscommon et ramène les deux points qui lui permettront de jouer un vrai quart de finale face à Tyrone lors de la dernière journée de ce groupe 2.
Michael Murphy s'est encore taillé la part du lion avec ses neufs points (soit près de la moitié du total de son équipe).
L'autre atout offensif majeur, Odhrán Mac Niallais claque de son côté quatre points dans le jeu.
Eoghan Ban Gallagher et Paddy McGrath ont dû quitter le terrain sur blessure mais le break de deux semaines devrait permettre à ces deux éléments clés du système de Declan Bonner d'être présents pour le choc face à Tyrone.

4. Monaghan


Conor McManus


L'équipe de Malachy O'Rourke aura eu l'avantage durant 73 minutes sur 75, mais l'égalisation in extremis de Clifford les privent d'une première victoire face à Kerry en championship, et surtout d'assurer dès hier leur place dans une demi-finale de All-Ireland pour la première fois depuis 33 ans.
Un nul à Galway lors de la dernière journée leur suffirait à enlever la deuxième place du groupe,  mais une victoire leur permettrait de prendre la premiere et ainsi d'éviter Dublin en demi.
Conor McManus a fait parler la poudre avec 1 but et 9 points, tandis que le gardien Rory Beggan a distribué le jeu de façon royale en première mi-temps (un peu moins en seconde),  se fendant également de quatre "frees" capitaux.
Derrière, le latéral Karl O'Connell est le troisième homme fort d'une formation très solide qui donnera tout dans deux semaines pour aller arracher le fameux sésame.

3. Tyrone


Peter Harte

Le souvenir amère de la piteuse défaite en demi-finale face à Dublin en 2017 était encore dans les têtes côté Tyrone,  mais ce fut une toute autre musique samedi soir dans un Healy Park en fusion et pris d'assaut par une colonie de fans dublinois.
Il aura fallu ce but de James McCarthy en deuxième mi-temps pour donner de l'air aux visiteurs dans un match aux couteaux, véritable bataille tactique.

Le terrain plus exigu de Omagh aura évidemment (et comme prévu) joué son rôle et facilité la résistance pied à pied des coéquipiers de Peter Harte, mais Tyrone a pris date et ne rêve désormais que de revanche, histoire de prouver que Croke Park et les dubs ne sont en aucun cas une forteresse imprenable.
La route de Dublin passe par Ballybofey et Donegal, face à qui les red hands tenteront de l'emporter pour la troisième année consécutive.


2. Galway


Damien Comer

Du bon pour Galway. Avec cette deuxième victoire les voilà dors et déjà qualifiés pour les demis, et avec un dernier match à la maison face à Monaghan, en excellente position pour sortir en tête de leur groupe.

Mais tout ne fut pas si simple, loin de là, pour un Galway qui n'est jamais parvenu à se mettre définitivement à l'abri, même après l'exclusion de Kevin Flynn à la 46ème.
Les tribes ont encore fait étalage d'un jeu d'une grande fluidité en contre attaque, et même si l'efficacité au tir fait encore défaut, le talent offensif des Burke, Comer ou Shane Walsh est l'atout majeur de cette équipe.

Sera-ce suffisant pour retrouver la finale du All-Ireland pour la première fois depuis 2001? Début de réponse dans deux semaines face à Monaghan avec la si importante première place du groupe 1 en jeu.

1. Dublin


James McCarthy, auteur du but décisif des dubs


Même loin de Croke Park et face à un adversaire solide et en confiance, les dubs maintiennent le cap et leur série de victoires.

Dans un match tactique et défensif, mais malgré tout spectaculaire et plaisant à suivre, Dublin a encore impressionné par sa discipline et un pressing de chaque instant sur le porteur du ballon, à l'image d'un Paul Mannion ne rechignant pas à venir harceler les avants adverses dans ses trente derniers mètres.

Offensivement bridés par un terrain "rogné" de deux mètres en largeur de chaque côté, et les privant "d'étirer" le jeu comme à leur habitude, c'est donc sur son système défensif et sa capacité à briser le jeu de contre attaque pourtant réputé de Tyrone, que les "boys in blue" ont assis leur succès.
Mention une nouvelle fois à l'étoile montante Eoin Murchan, impeccable dans sa lecture du jeu et dans son travail de sape, notamment sur Niall Sludden.
Dublin jouera Roscommon dans un match sans enjeu le 5 août prochain, et Jim Gavin a assuré ne pas avoir l'intention de faire tourner, histoire de ne pas faire obstacle à cette montée en puissance évidente depuis le match de Donegal.


Rappel des résultats et classements:


Groupe 1:
Kildare - Galway 0-16/0-19 (16-19)
Monaghan- Kerry 1-17/1-17 (20-20)

Groupe 2:
Roscommon - Donegal 0-13/0-20 (13-20)
Tyrone- Dublin 0-14/1-14 (14-17)


Groupe 1

J
V
N
D
Pts p
Points c
Pts Diff
Pts
Galway
2
2
0
0
1-32
1-26
+6
4
Monaghan
2
1
1
0
1-32
2-27
+2
3
Kerry
2
0
1
1
2-27
2-30
-3
1
Kildare
2
0
0
2
1-26
0-34
-5
0

Groupe 2

J
V
N
D
Pts p
Points c
Pts Diff
Pts
Dublin
2
2
0
0
3-29
0-30
+8
4
Tyrone
2
1
0
1
4-38
3-26
+15
2
Donegal
2
1
0
1
0-36
2-28
+2
2
Roscommon
2
0
0
2
2-25
4-44
-25
0

 


3ème et derniere journée:


Samedi 4 Août

Galway- Monaghan  (19h sur SKY Sports)
Kerry - Kildare  (19h sur SKY Sports)

Dimanche 5 Août

Donegal - Tyrone  (16h30 sur RTÉ)
Dublin  - Roscommon  (16h30 sur RTÉ)

mardi 17 juillet 2018

1ère journée de Super 8: le power ranking

La Sam Maguire Cup, objet du désir pour les huits derniers candidats en lice 

C'est parti! 

Éclipsé par la finale du mondial de soccer en Russie, le coup d'envoi du grand huit menant aux demi-finales du All-Ireland a été donné ce week-end.

The Gaelic Football Club fait le point sur l'état des forces en présence après la première journée de super 8.




8. Roscommon



Débuts catastrophiques pour des rossies balayés par un Tyrone des grands jours dans un Croke Park trop grand pour eux.
Quelques éclairs offensifs de Ciarain Murtagh et Enda Smith, mais une naïveté défensive confondante.
Les ambitions de Roscommon ne peuvent être que modestes dans un groupe aussi relevé, et il va falloir sortir le match de l'année face à Donegal pour ne pas jouer le dernier match face aux dubs en maillots de bain et claquettes...

7. Kildare

Daniel Flynn 

En quête d'une quatrième victoire de suite sur la lancée de superbes qualifications qui les ont notamment vus sortir Mayo au quatrième et dernier tour, les lillies ont échoué de peu face à Monaghan (1-10/0-15).
Faisant jeu égal durant 62 minutes, Kildare a payé cher dans le money time son manque d'expérience collective à ce niveau et aura certainement du mal à éviter un 0 pointé dans ce super 8.
Des regrets car ce match était clairement celui à ne pas perdre.

6. Monaghan

Conor Mcmanus (à gauche)

La malédiction des quarts est vaincue pour Monaghan qui a mis fin à une série de quatre défaites de rang à ce stade de la compétition.
Laborieux vainqueurs de Kildare, les farneys restent dans la course pour l'un des deux tickets qualificatifs pour les demis.
La réception de Kerry ce dimanche revet une importance maximale. Un adversaire qui leur réussit plutôt bien ces dernières années avec quatre victoires en cinq confrontations.
En la présence de Conor McManus, Monaghan peut compter sur l'un des trois meilleurs avants du circuit, mais la McManus-dépendance devra être surpassée.

5. Donegal

Jamie Brennan 

Même si ils n'ont jamais vraiment semblé en mesure de créer l'exploit à Croke Park samedi soir, les hills ont fait plus que bonne figure face à Dublin, et peuvent être crédités du fait de n'avoir rien lâché après le deuxième but de Niall Scully en début de seconde période.
Peut être pas suffisant pour prétendre jouer le titre, mais assez pour espérer faire partie du big 4.
Le déplacement à Roscommon le week-end prochain sera déterminant.

4. Kerry

David Clifford (à gauche)

Sérieuse désillusion pour le kingdom qui faisait face à son premier vrai test de la saison.
La perf de David Clifford (1-05) est la seule satisfaction  à retirer de la défaite de trois points (1-10/1-13) concédée face à Galway dimanche.
La gestion tactique et humaine des événements par Fitzmaurice est questionnée et contestée par les fans et les observateurs qui peinent à comprendre la non rentrée de Donaghy en fin de match.
Kerry, qui paraissait le seul rival crédible de dublin avant ce super 8, va jouer sa saison à quit ou double à Clones dimanche face à un Monaghan qui ne lui réussit pas tant que ça ces dernières saisons.

3. Tyrone


Tyrone is back! Même si la faible opposition ne peut être négligée, les red hands se positionnent comme un rival de premier plan pour des dubs qu'ils accueilleront samedi soir dans leur antre d'Omagh, le couteau entre les dents.

L'association dans la ligne de full forward de Connor McAliskey et Richard Donnelly a fait merveille face à Roscommon et les sprints à répétition de Peter Harte, Niall Sludden, Mattie Donnelly, Conor Meyler ou encore Tiernan McCann ont dévoilé un jeu offensif d'une richesse et d'une variété impressionnante pour une formation surtout réputée ces dernières saisons pour son jeu ultra défensif. En témoignent les sept buts et 44 points cumulés sur leurs deux dernières rencontres.
Le match au sommet face aux dubs promet d'être l'un des grands moments de cet été 2018.


2. Galway

Shane Walsh élu joueur du mois de juin, entame juillet sur les mêmes bases


Les tribesmen ne touchent décidemment plus terre. Après une magnifique campagne de league et un nouveau titre provincial, Galway est parvenu à faire tomber l'épouvantail Kerry.
Une première depuis 1963 pour des maroon & white qui ne s'étaient plus imposés à Croker depuis 2001, année de leur dernier titre en All-Ireland.
Les joueurs de  Kevin Walsh ont mis sous l'eteignoir une attaque de Kerry qui restait pourtant sur quelques cartons de choix.
Galway aura l'occasion de sceller définitivement sa place dans le dernier carré en cas de victoire face à Kildare ce dimanche.


1. Dublin

Cluxton de retour dans la cage dublinoise 


Le succès plutôt tranquille obtenu face à Donegal suffirait au bonheur de beaucoup, mais même si Jim Gavin a gouté la force mentale traditionnelle de son équipe dans les instants chauds, il a quand même gardé en travers de la gorge le trop grand nombre d'approximations dans le secteur offensif et le déchet non négligeable aux tirs.
Ciaran Kilkenny, Paul Mannion et Con O'Callaghan furent clairement en dessous de leur rendement habituel et cette relative contre performance doit servir d'avertissement à ne jamais tomber dans le complexe de supériorité.
Bons points pour Brian Howard et le double buteur Niall Scully, mais aussi et surtout pour le petit nouveau Eoin Murchan, auteur d'un match solide dans la ligne de full backs.
Gros test en vue à Tyrone samedi pour des dubs plus que jamais favoris dans la conquête d'une quatrième Sam Maguire de suite.


Rappel des résultats et classements:


Groupe 1:
Galway - Kerry 1-13/1-10 (16-13)
Monaghan- Kildare 0-15/1-10 (15-13)

Groupe 2:
Dublin - Donegal 2-15/0-16 (21-16)
Tyrone- Roscommon 4-24/2-12 (36-18)


Groupe 1

JVNDPts pPoints cPts DiffPts
Galway11001-131-10+32
Monaghan11000-151-10+22
Kildare10011-100-15-20
Kerry10011-101-13-30

Groupe 2

JVNDPts pPoints cPts DiffPts
Tyrone11004-242-12+182
Dublin11002-150-16+52
Donegal10010-162-15-50
Roscommon10012-124-24-180

 


Prochaine journée:

Samedi 21 Juillet 

Roscommon- Donegal  (18h sur SKY Sports)
Tyrone - Dublin  (20h sur SKY Sports)

Dimanche 22 Juillet

Kildare - Galway  (15h sur RTÉ)
Monaghan  - Kerry  (17h sur RTÉ)

mercredi 27 juin 2018

Kildare 1- GAA 0 - Mayo viendra bien à Newbridge.

L'entrée principale du St.Conleth Park 


Après trois jours d'un psychodrame qui aura capté l'attention de toute l'Irlande des sports gaéliques, Kildare a remporté son bras de fer avec le comité d'organisation des compétitions.
Une victoire qui en annonce peut être d'autres.


Une résistance entamée dès l'annonce de la GAA de vouloir faire jouer les matchs Kildare-Mayo et Cavan-Tyrone à Croke Park dans le cadre d'une double affiche, officiellement pour un problème de capacité d'accueil et de sécurité (le stade de Newbridge étant l'un des plus petits de la GAA et ne pouvant accueillir que 9.000 personnes) , la GAA anticipant une affluence estimée entre 18.000 et 20.000), et officieusement pour des raisons financières et de retransmission tv par skysports, même si entre temps, le bouquet sport britannique avait  confirmé accepter de couvrir la rencontre, où qu'elle soit jouée.
Refusant de faire une croix sur l'avantage du terrain donné par le tirage au sort de lundi matin, le board de Kildare, par l'intermédiaire de son président Seamus Aldridge, avait même laissé entendre que les lillywhites pourrait tout simplement déclarer forfait si le match n'était pas programmé dans leur antre du St.Conleth Park de Newbridge.

Le manager de Kildare Cian O'Neill au JT de RTE lundi soir 

Mais plus encore que le président du board, c'est le manager Cian O'Neill, métamorphosé en braveheart local, qui aura été l'âme de cette mutinerie. Lui pourtant si contesté après les déboires sportifs rencontrés par son équipe depuis le début de l'année, est devenu l'homme le plus populaire du comté après sa sortie lors du journal télévisé de RTE lundi soir.
Soutenu par l'ensemble des comtés et par la plupart des supporters du pays, Kildare a donc fait plier la puissante C.C.C.C (Comité de contrôle des compétitions), puisque les billets n'étaient plus disponibles à le vente pour Croke Park ce mercredi matin sur le site officiel de la GAA et que l'annonce définitive est intervenue dans la foulée.

Par voie de conséquence, l'autre rencontre programmée à Croke Park (Cavan-Tyrone), et qui devait faire office de lever de rideau, est elle aussi "re-localisée" et se jouera au Brewster Park d'Enniskillen (co.Fermanagh, Ulster).
Les deux matchs sont à priori toujours planifiés pour être joués samedi et la confirmation devrait intervenir plus tard dans la journée.

La question de la possible jurisprudence que cette décision pourrait provoquer se pose désormais, et certains envisagent par exemple que Donegal puisse être le prochain à s'engouffrer dans la brèche en exigeant que son match (sur terrain neutre) face à  Dublin lors du prochain top8, soit lui aussi reconsidéré et joué ailleurs qu'à Croke Park, à suivre....


jeudi 21 juin 2018

Lettre ouverte aux amoureux de football gaélique

Ce blog vient de rentrer dans sa sixième année d'existence et suit cahin caha son bonhomme de chemin.
Plus de 200 articles, dont 32 pages spéciales dédiées à l'histoire de la GAA dans chaque comté, des interviews de joueurs et d'entraîneurs (irlandais, galiciens, argentins, allemands), un rendu le plus fidèle possible de la réalité du football en Irlande et, c'est le sujet même de cette lettre ouverte, de l'actualité de ce sport en France.
Lorsque J'ai débuté la rédaction de cette page, cela ne figurait pas réellement dans le "projet".

Le projet si il y en avait un, résidait dans la volonté de partager ma passion et de faire découvrir ou mieux faire connaître ce sport-culture, et ce en le traitant quasi exclusivement sous l'angle irlando-irlandais.
Ayant débuté la pratique du gaélique en 2014, puis contribué à la création d'un club en collaboration avec d'autres passionnés l'année suivante, J'ai découvert un univers, les tournois, les pratiquants, les passionnés traversant la France pour représenter leurs clubs. Et je suis tombé amoureux de ce petit monde, de cette communauté naissante, se débrouillant de bouts de chandelles et trop peu reconnue à mon sens par l'institution GAA.

Relater l'actualité et la vie de cette communauté m'est rapidement apparu comme une évidence mais aussi une nécessité dans l'optique du développement de ce sport en France, le fait de me retrouver au coeur de cette aventure facilitant évidemment la tâche, surtout en ce qui concerne le championnat fédéral.

Pour avoir échangé autour des terrains (et ce pas plus tard que le week-end dernier), j'ai constaté, non sans un certain plaisir, que ce blog jouissait d'une petite notoriété et que ce travail était reconnu et apprécié, ce qui je dois l'avouer ne me saute pas forcément aux yeux si je me fie au peu de retour "virtuel" (commentaires, etc...).
Ces retours semblent enfin venir (timidement, mais ils viennent) à la suite des différents dossiers et comptes rendus du championnat que j'ai proposé ces derniers jours.
J'ai en fait réalisé que peu de gens savaient qui se "cachait" derrière ce blog, ce qui en soit n'a que peu d'importance. Je veux dire par là que si l'identité du rédacteur compte peu, il me semble tout de même bon de rappeler ou même d'apprendre que je ne suis qu'un passionné oeuvrant absolument seul et de façon parfaitement amateur, avec boulot, femme et enfants... Je ne bénéficie d'aucun filon particulier pour traiter du déroulement des compétitions, pas non plus d'une rédaction au grand complet, et je ne relate que ce dont je suis un témoin direct (Le championnat fédéral masculin et, cette année, les finales de D1). Pour le reste, je vais chercher les infos à la source (les clubs) en m'aidant des stats et résultats (souvent incomplets) se trouvant à disposition.

Il m'a été fait dernièrement le "reproche" de ne pas avoir traité à égalité les différentes épreuves des dernières finales, et lorsque ces remarques sont faites avec courtoisie et honnêteté, ce qui est le cas la plupart du temps, je les entends et en tient compte.
L'article consacré aux finales de D1 homme n'a été rendu possible que par ma participation directe en tant que joueur à cet événement, m'appuyant pour le reste sur ce merveilleux outil qu'est coachee. Un logiciel qui ne reprenait hélas que le déroulé de cette D1, mais pas de la D2, de la D3 ou des finales féminines.
Aucun mépris ou aucune négligence de ma part, seulement le soucis de rendre un travail honnête et fidèle à la réalité. Je ne me vois pas commencer à inventer de toutes pièces ce pour quoi je n'ai aucune matière ou auquel je n'ai pas assisté de près ou de loin (jouant aux mêmes horaires ou n'étant tout simplement pas sur site...)

Ainsi, et pour en venir au fait, je lance un appel à toutes les bonnes volontés en vue de la prochaine saison.
Mon projet étant de m'appuyer sur des "correspondants" dans les diverses catégories,  que ce soit pour le traitement du football breton, féminin et même fédéral masculine, car je ne pourrai plus pour raisons personnelles me déplacer en tant que joueur sur les différents tournois.

Ce faisant, le blog serait utilisé comme une plateforme de centralisation des infos.
Si certains se sentent de rédiger directement des articles complets, je me chargerai de les mettre en ligne en les citant cela va de soi. Sinon, plus simplement, un mini résumé de quelques lignes avec temps forts, scores et quelques noms de joueuses et joueurs s'étant illustrés me serait  suffisant pour "broder" et pondre un article le plus exhaustif possible.


Je re formulerai probablement cet appel dans les mois à venir, mais je pense qu'il est capital de continuer dans cette voie et d'utiliser ce blog pour ce qu'il peut être, à savoir un outil d'information et de promotion, en unissant les bonnes volontés.

N'hésitez pas à revenir vers moi pour me faire part de vos idées et de vos propositions.

Hormis les pages Twitter et Facebook du blog, vous pouvez aussi me contacter via cette adresse email.
iordanidis@hotmail.fr

Cyril

mardi 19 juin 2018

Finales 2018, Paris en patron.

Le groupe de Paris Gaels célèbre le 7ème titre de champion de France de l'histoire du club.


Et de sept! Grand favori de finales lyonnaises qu'il abordait avec un bilan de 18 victoires pour 0 défaite, le Paris Gaels a magnifiquement validé sa saison de fédérale par un septième titre de champion de France. Dans une division 1 sans pitié, avec deux groupes de trois équipes et des matchs de 2×10 minutes, le droit à l'erreur n'est pas autorisé, et l'effort doit être absolu, de l'engagement initial au coup de sifflet final. À ce petit jeu, certains laissent nécessairement des plumes, et ce fut le cas de malheureux Rennais et Bordelais ce samedi, deux éliminés au premier tour dont le destin s'est joué à peu de choses. 

 À contrario,  nantais et provençaux ont tiré le meilleur de leurs groupes pour écrire l'histoire de leurs clubs et se hisser dans le dernier carré, sans empêcher pour autant les favoris parisiens et liffréens de se disputer le trophée majeur du football gaélique français. 






Groupe A, Rennes victime de la furia provençale


Finaliste en 2017 et récent vainqueur de la coupe de Bretagne, Rennes ambitionnait légitimement un bis repetita en 2018.
Le premier match de poule face à Provence revêtait donc une importance toute particulière, sachant que Paris était l'autre adversaire du groupe.
Et les oies sauvages réussissaient un démarrage idéal avec un premier but rapide inscrit par Erwan Le Calvez qui passait en force dans la défense adverse. Les provençaux comme anesthésiés, ne parvenaient pas à mettre en place leur jeu, et deux points supplémentaires inscrits par Niall Murphy et Mamadou Ba offraient quatre points d'avance aux Rennais à la mi-temps.
Un repositionnement tactique opéré par Rémi Bremand et l'entrée décisive de Louis Sexton dans la ligne arrière provençale allaient s'avérer décisifs en seconde période.
Les sudistes trouvaient enfin la cible à 1pt et perdaient moins de ballons. Mais Leost et Audoire enfonçaient encore le clou pour donner le plus gros écart de la partie en faveur des rouges et noirs (+5).
La tornade provençale allait tout emporter en quelques minutes, avec deux buts et deux points, des bulls déchaînés coiffaient Rennes de 2 points pour s'offrir une victoire primordiale dans la course à la qualif.
Sur l'élan de ce premier succès presque inespéré, les hommes de coach Bremand ne lachaient rien face à leur bête noir parisienne, et un but de la perle Lorcan Breen mettait d'entrée la pression sur le champion sortant.
Paris ne tardait pas à répondre et la machine se mettait tranquillement en route. Une domination se traduisant notamment par une frappe audacieuse lobant le gardien des bulls.
Breen limitait les dégâts pour le GF Provence qui atteignait la pause avec un point de retard.
Les coéquipiers de Leo Blanchamp entamaient la deuxième période pied au plancher et portaient l'avantage à +3, mais Lorcan Breen véritable homme du match relançait encore une fois le match en égalisant puis en donnant même un point d'avance aux siens, avant que Paris n'égalise. Le GF Provence crut l'espace d'un instant tenir son exploit grâce à un ballon volleyé au dessus de la barre par Octave Monzies à la dernière seconde, mais le "square ball" sifflé contre lui en décidait autrement. Les deux équipes ne se départageaient pas (2-2/1-05), et Provence assurait sa qualification pour les demis sans même attendre le résultat du dernier match.
Une dernière rencontre en forme de retrouvailles entre les deux finalistes du championnat 2017, et qui ne laissait pas d'autre option que la victoire aux Rennais dans l'optique de la qualification pour le dernier carré.
Rennes prenait le match par le bon bout et semblait en mesure de créer l'exploit. Les défenses dictant le tempo d'une partie tendue et indécise.
Le transfuge clermontois Leo Blanchamp, qui ne laisse que peu de déchet en route, s'offrait trois points à la suite et Paris menait de deux points à la pause.
La deuxième mi-temps était du même acabit, et Micheal Joyce, ramenait même des Rennais refusant d'abdiquer, à une encablure des parisiens, tout était encore possible.
Le tournant intervenait sur un penalty sifflé en faveur des gaels et superbement transformé par le gardien de but Jean Tisserand.
Rennes ne s'en relèverait pas et Paris assurait du même coup sa place en demis, avec en prime la très précieuse première place du groupe.


Groupe B, la sensation nantaise


Les nantais ont sans conteste réalisé la grande sensation de ces finales de D1, eux qui étaient abonnés à la 6ème place ont déjoué les pronostics pour aller chercher une très méritante et inédite 4ème place nationale.
Un exploit forgé par une victoire initiale sur Bordeaux dans un match se jouant aux points et dans lequel Brian O'Riordan donnait toute sa mesure en alignant trois points décisifs en seconde période.
Le coup était rude pour des bordelais, seconds du championnat fédéral et qui espéraient comme l'an passé monter sur le podium national.
Le deuxième match voyait l'entrée en lice de Liffré, favori de cette poule et qui allait régler l'affaire en première mi-temps face à Nantes.
Le point nantais inscrit d'entrée serait le seul de la partie pour des abeilles étouffées par la déferlante liffréenne. Kersuzan y allait de son but, puis Brument et Botrel (2 points) en rajoutaient encore une couche pour offrir un matelas de 5 points aux sangliers à la pause.
Suffisant pour permettre à Liffré de gérer à sa main une seconde période durant laquelle un seul point sera inscrit par l'inévitable Botrel, futur MVP de ces finales.
Nantes devait donc attendre le résultat du dernier match du groupe et espérer que Bordeaux, dos au mur, ne réussisse pas l'exploit face à Liffré.
Un exploit auquel les bordelais ont longtemps cru, plus encore après le but inscrit par Loic Calvet juste avant la pause et qui leur donnaient un point d'avance.
Mais Liffré est une mécanique trop bien rodée, et comme ce sera à nouveau le cas en demi, va construire sa victoire sur des remontées de balle d'une propreté absolue, et surtout sur son efficacité et sa précision de loin. Bordeaux ne marquera plus rien dans les dix dernières minutes, les joueurs de coach Kowar verrouillent et plantent deux banderilles assassines pour s'offrir une deuxième victoire et la première place du groupe A.

Demi-finales, les efforts du 1er tour se payent cash.


Un dernier carré 2018 inédit va voir les deux favoris (Paris et Liffré) prendre respectivement le meilleur sur des provençaux et des nantais présents pour la première fois à ce niveau de la compétition.

Liffré-Provence

L'expérience et la force d'un collectif parfaitement huilé. Un jeu basé sur une circulation fluide et une défense d'une solidité impressionnante, voilà la force de cette formation liffréenne.
Bruno Durocher (Liffré) à la relance 
Le GF Provence, se basant sur un onze de grande qualité et sur une grosse force de pénétration, mais avec un banc un peu court ne permettant pas une rotation importante, a payé au prix fort les efforts et l'influe laissés dans deux matchs de poule éprouvants, et il s'en fallut d'une improbable parade de leur gardien devant Botrel avant la pause pour que l'affaire ne soit définitivement réglée à l'issue des quinze premières minutes.
Les taureaux ne se rendraient toutefois pas sans combattre, et le but inscrit rapidement après la reprise ravivait l'espoir dans les rangs du club provençal.
Mais le physique ne suivait plus et comme face à Bordeaux le matin, Liffré par l'intermédiaire de son artilleur en chef, Antoine Botrel, passait trois fois "entre les perches" pour aller chercher sa première finale nationale depuis 2015.
La déception était grande pour une équipe de Provence qui avait longtemps cru en sa bonne étoile sur ce tournoi final.
Mais les stats sont cruelles, et ne pouvaient laisser de place au doute quand à la logique du résultat.



Paris-Nantes

Mark Brannigan (Paris) photo: Philippe François 

À l'instar de Provence, Nantes avait grillé une grande part de ses cartouches sur la phase de groupe et ne fut jamais en mesure d'inquiéter sérieusement l'ogre parisien dans un match sans buts.
Paris trop précis et trop efficace (10pts sur 13 tentatives au dessus de la barre), bénéficiant d'une richesse sans égale en terme d'effectif ainsi que d'une quantité de talents inouïe.
Mais les nantais avaient déjà gagné leurs finales avant même cette demi, égalant un classement (4ème) qu'ils n'avaient connu qu'une fois dans leur histoire (en 2011), une belle façon de célébrer la dernière de leur héro Brian O'Riordan encore auteur de deux points face à Paris.



FINALE


Paris-Liffré

Le Liffréen Antoine Botrel (à droite), MVP des finales 2018. Photo: Philippe François 


Il est assez surprenant de noter que ces deux monstres, dominateurs dans leurs ligues respectives depuis des années, n'avaient jamais eu auparavant l'occasion de croiser le fer à ce niveau de compétition.
Champions pour la première fois de leur histoire en 2013 à Ploufragan, les sangliers n'avaient plus humé le parfum d'une finale nationale depuis 2015 et une défaite contre Toulouse à Guerande.
Après une décevante quatrième place en 2017, la soif de revanche était immense et après un tournoi maîtrisé jusqu'ici de main de maître, les liffréens faisaient face à l'obstacle ultime.

La première mi-temps s'engageait comme le combat de boxe attendu, les deux formations se rendant coup pour coup. Les deux tireurs d'élite Botrel et Blanchamp se répondait et ce sont les parisiens qui passaient devant à la pause (3-1). Liffré pouvait déjà regretter les deux tirs "au large" de Charlier et Kersuzan, mais Botrel encore lui, ramenait les siens dans la course et Liffré revenait à deux reprises à une longueur.
La coup de grâce viendra d'un but parisien tout en puissance venant achever les derniers espoirs des jaunes et noirs.

Les parisiens pouvaient exulter, le titre restera (au moins) douze mois supplémentaires dans la capitale.

Le club doyen du football gaélique français aura donc réussi une saison parfaite, conservant son titre fédéral grâce à un grand chelem en tournois mineurs et majeurs, et remportant 21 matchs sur 22, ne laissant en route qu'un match nul à l'équipe de Provence.
Le prochain objectif est désormais le reconquête de l'euroligue à Maastricht en octobre prochain, une autre paire de manches...

Féminines, Rennes confirme

Les Rennaises déjà assurées d'un cinquième titre consécutif, n'ont rien abandonné à leurs rivales et remportent cette quatrième manche du championnat de France en battant les parisiennes en finale.
Des gouez qui se mesureront le 24 juin prochain à l'équipe de Wicklow dans ce qui constituera une grande première, puisque pour la toute première fois, une équipe inter-comté irlandaise jouera dans notre pays.


D2, D3: Clermont et Lyon à la fête

En Division 2, les deux grands favoris Clermont et Toulouse ont tenus leur rang.
Victorieux en poule après un retour de l'enfer (-9 à la pause) les Clermontois ont confirmé en finale et se console de la non participation aux finales de D1 par un deuxième titre à l'échelon inférieur après celui de 2015.

En D3 enfin, les locaux du Lugdunum CLG n'ont pas laissé passer l'occasion de décrocher le titre sur leurs terres face à l'équipe B de Rennes.


                        Rappel des résultats des finales Division 1


Groupe A

Nantes - Bordeaux 0-04/0-02 (4-2)
Liffré - Nantes 1-4/0-01 (7-2)
Liffré - Bordeaux 0-05/1-01 (5-4)


J V N D PtsPour PtsContre Diff Pts
Liffré 2 2 0 0 1-9 (12) 1-2 (5) +7 4
Nantes 2 1 0 1 0-5 (5) 1-6 (9) -4 2
Bordeaux 2 0 0 2 1-3 (6) 0-9 (9) -3 0

* Les lignes des points pour/contre recensent les buts et les points 1-09  = 1 but et 9 pts (12pts)


Groupe B

Provence - Rennes 2-04/1-04 (10-7)
Provence - Paris 2-02 / 1-05 (8-8)
Paris - Rennes 1-05/ 0-03 (8-3)


J V N D PtsPour   PtsContre Diff Pts
Paris 2 1 1 0 2-10 (16) 2-05 (11) +5 3
Provence 2 1 1 0 4-06 (18) 2-09 (15) +3 3
Rennes 2 0 0 2 1-07 (10) 3-09 (18) -8 0


Demi-finales

Liffré - Provence 0-08/1-02 (8-5)
Paris - Nantes 0-10/0-04 (10-4)

3e/4e place

Provence - Nantes 2-04/0-04 (10-4)

Finale

Paris - Liffré 1-07/0-05 (10-5)


Les cinq derniers podiums du championnats de France

Année Premier Deuxième Troisième
2018 (à Lyon) Paris Gaels Liffré Provence
2017 (à Rennes) Paris Gaels Rennes Bordeaux
2016 (à Clermont) Toulouse  Paris Gaels Liffré
2015 (à Guérande) Toulouse Liffré Bordeaux
2014 (à Clermont) Paris Gaels  Bordeaux Liffré