All-Ireland 2014

mercredi 11 novembre 2015

Clare (An Clár)

En 2006, à l'occasion du centenaire du décès de Michael Cusack, la première pierre d'un musée dédié au plus illustre enfant du pays était posée à Carron, en pleine terre de Burren, cette région si typique du comté de Clare, sorte de désert calcaire bordant l'atlantique.
L'édifice inauguré en grande pompe est situé dans la demeure même ou celui qui fut l'un des pères de l'association gaélique naquit en 1847, en plein coeur de la grande famine.
Il ne s'agit pas du premier édifice consacré à Cusack. Soixante dix ans auparavant, en 1936, le nouveau et plus grand stade du comté, portant son nom, était ouvert au public à Ennis et un quotidien local titrait "Enfin, les Gaels du Clare ont un terrain à la hauteur de leur puissance et de leur histoire".
Si Michael Cusack passa la plus grande partie de sa vie professionnelle- en tant que professeur, journaliste, sportif et organisateur- loin de son comté natal, son fabuleux héritage reste plus apparent à Clare que n'importe où ailleurs. La GAA est née de la vision et de l'énergie de cet homme et dans le comté de Clare, la graine poussa avec rapidité et les racines s'implantèrent profondément.
Le vitalité précoce de l'association permettait d'organiser en un seul dimanche du mois d'août 1887, sur un champ aménagé en terrain de hurling près de Barefield, un tournoi rassemblant dix paroisses et plus de 200 joueurs.
Les tournois de hurling devinrent à partir de ce jour monnaie courante, et ce qui avait été organisé à Barefield devint une forme de routine du côté d'Ennis, de Crusheen ou de Ruan. Jouer ou assister à une partie de hurling se transforma vite en rituel hebdomadaire. Parallèlement à ces tournois, 1887 vit l'organisation du premier championnat du comté et l'engagement de Clare dans le tout premier championnat All-Ireland inter-comtés.
Newmarket fut le représentant du comté pour la compétition de football et le club de Smith O'Brien , composée de jeunes fermiers, pour celle de hurling.

Comme dans le reste du pays, les effets dévastateurs de l'affaire Parnell et les divisions profondes qui travaillèrent le pays, eurent raison des débuts encourageants de la GAA, provoquant une mise en sommeil provisoire de l'association entre 1891 et 1895. L'impact d'une émigration continue pesait également et plus encore dans ces comtés pauvres et agricoles de l'ouest.

Il fallut attendre le début de 20ème siècle pour assister à une renaissance de l'association et le courant de la décennie suivant la mort de Cusack en 1906 pour voir Clare écrire l'une des pages les plus glorieuses dans l'histoire des compétitions All-Ireland.

L'année 1914 marque un sommet. Clare accompli un fabuleux doublé en décrochant les All-Ireland senior et junior. Et ce succès est dû à tout sauf au hasard,  il est le fruit d'un plan de bataille précis.
Un comité spécial est chargé de collecter des fonds publics et d'assigner un entraîneur au comté: celui ci sera Jim O'Hehir, père du légendaire commentateur radio Michael O'Hehir.
La préparation de la grande finale contre Laois voit le quotidien local Clare Champion présenter un vrai feuilleton avec preview et dessins des joueurs.
L'équipe est mise au vert avec marche et course dès l'aube entre Lisdoonvarna et Liscannor pour un retour programmé à l'heure du petit déjeuner.
Cette préparation intensive explique en grande partie la victoire contre Laois et marque surtout un changement culturel dans les sports gaéliques et une approche quasi professionnelle.

Ce que les hurlers avaient accompli en 1914, les footballeurs furent près de l'imiter en 1917, battus d'une courte tête par Dublin (représenté par le club des Kickhams).
Le championnat 1917 se déroule dans un climat tendu et le politique ne manque pas de s'inviter dans la sphère sportive.
A l'occasion d'une élection partielle à la chambre des communes organisée dans l'East Clare en juillet de cette année, les footballeurs unissent leurs couleurs à celle du Sinn Féin dont le candidat n'est autre que Éamon De Valera, récemment libéré de prison, entrant sur le terrain derrière une bannière affichant le slogan "Up De Valera".

Les implications du sport et de la politique au cours des années suivantes se feront au détriment de l'association dans le Clare. Et lorsque l'unité de la rébellion nationaliste laissera la place à la division et aux déchirements de la guerre civile, les retombés se feront sentir jusque dans le sein de l'association, la divisant profondément.
Deux factions rivales s'affrontent suite à l'exécution de deux républicains anti-traité, un joueur du comté, Con MacMahon et le secrétaire du board Paddy Hennessy. Cette division provoquera une organisation séparée des compétitions durant un temps. Même si le board réunifié et la GAA sont à créditer pour avoir largement contribué à restaurer l'harmonie dans le comté, les ressentiments ont longtemps perdurés.

Au cours des décennies suivantes, si il est une personnalité qui domina plus que n'importe quelle autre les affaires de la GAA dans le comté de Clare- en tant que président du board du comté- c'est bien celle de Canon Michael Hamilton. Un homme aux casquettes et aux talents multiples -enseignant, pasteur, présentateur et avocat de la culture et de la langue irlandaise- son influence sur la GAA s'étendant d'ailleurs bien au delà des frontières du Clare.
C'est Hamilton par exemple, qui décida de faire disputer la finale du All-Ireland 1947 à New York, croyant qu'il était essentiel de démontrer une forme de solidarité et de créer un lien fort avec la diaspora.
Mais si la vision de Hamilton était globale, son nationalisme pouvait s'avérer étroit et exclusif, preuve en est qu'après s'y être initialement opposé, il fut l'un des plus fervent supporter du bannissement des infidèles assistant ou à plus forte raison jouant à des sports étrangers.
Ce bannissement, souvent cité en exemple de l'intransigeance et de l'étroitesse d'esprit de la GAA était pourtant bien loin de faire l'unanimité au sein du board lui même.
St.Flanan's, le lycée dans lequel Canon fut élève avant d'en devenir l'un des professeurs, choisi de se retirer de la compétition étudiante de hurling dans le Munster, la Harty Cup, de 1928 à 1943 par protestation à l'extension de la règle de bannissement au joueurs de lycée.

Lorsque le St.Flanan's college réintègra le championnat du Munster de la catégorie, il connu rapidement le succès, remportant quatre titres consécutifs entre 1944 et 1947. Jimmy Smyth qui fut membre de trois de ces quatre équipes devint par la suite l'un des meilleurs joueurs de l'histoire du comté. Après avoir fait ses gammes sur un terrain voisin de la propriété de ses parents, utilisant un hurley (crosse) taillé dans un noisetier et une éponge en guise de sliotar (balle), son arrivée au lycée constitua une sorte de choc culturel. "Un endroit morne, rude et peu hospitalier comparé à la chaleur du village" se rappelait Smyth. C'est bien à  St.Flanan's que Smyth et tant d'autres développeront leur technique, s'affutant grâce à un programme d'entraînement exigeant et sous la férule de professeurs talentueux.
Les collèges et lycées venaient en complément d'une structure de club servant à renforcer les liens communautaires forts dans de nombreuses parties du comté. Cet aspect si spécifique à la société du Clare fit d'ailleurs l'objet dans les années 1930 d'une étude menée par deux anthropologues américains, Solon Kimball et Conrad Arensberg. Une vingtaine d'années plus tard, inspirée par ces travaux, la grande photographe américaine emblématique de la période de la grande dépression,  Dorothea Lange, se rendit dans le Clare y effectuant un travail  similaire à celui des deux anthropologues, l'image venant en complément des écrits.
Ces observateurs capturèrent par l'image et les mots un comté en voie de profond bouleversement. Un changement incarné par le développement de l'aéroport de Shannon- devenant un hub important des voyages transatlantiques-  transformant la région et agissant comme un puissant moteur de développement industriel, source d'emplois et de croissance pour l'urbanisation.
Une ville nouvelle -Shannon- verra même le jour dans les années 1960, érigée sur des marais asséchés pour répondre à l'arrivée massive de travailleurs.
Assez logiquement, les nouveaux venus étant soucieux de pratiquer le sport, de nouveaux clubs virent le jour à l'image du Shannon Airport and Athletic Club (qui deviendra plus tard le Wolfe Tones Shannon) fondé en 1967.
Une division d'ordre géographique entre football et hurling devait s'avérer comme une constante. Le premier s'imposant clairement dans l'ouest et le second dans l'est. Au milieu des années 1960, l'ouest, pratiquement privé de hurling fit l'objet d'un grand plan de développement de ce sport par le board du comté avec cinq paroisses identifiées comme pilotes du projet. On ne peut dire que cette initiative rencontra un réel succès, même si les quelques variations démographiques intervenues au tournant du nouveau millénaire apportèrent quelques modifications aux anciennes loyautés, la division géographique entre ouest et est du comté reste une réalité.

La convergence entre les deux sports se fait malheureusement sur un point durant toute la seconde moitié du 20ème siècle, l'absence de résultats au niveau inter-comtés, et ce malgré une scène de clubs assez vivante, donnant parfois lieu à quelques rivalités très (trop) intenses.
Si dans les années 1970, les hurlers du comté, menés par le père Harry Bohan parvinrent a décrocher deux titres consécutifs en National League, la conversion de réussites hivernales en sacres estivaux ne se fera pas avant les années 1990.
Le grand moment du football intervient lui en 1992, puisque après avoir capitalisé sur un titre en All-Ireland'B l'année précèdente, Clare remporte le titre provincial face au grand Kerry pour afficher son premier sacre dans le Munster depuis...1917.

Les hurlers plantent eux le drapeau du comté au sommet de la montagne en 1995, décrochant son premier All-Ireland depuis 1914.
La préparation physique de Clare fera d'ailleurs florès et nombreux furent les techniciens à s'en inspirer dans les années qui suivront.
Clare remportera à nouveau le titre national en 1997 (le premier après l'instauration du nouveau système de repêchage) puis en 2013 (face à Cork) après replay et un double affrontement mythique.
Jimmy Smyth définira parfaitement l'impact de cette accomplissement dans le comté: "C'était plus que la simple quête de l'honneur, de la gloire et de la réputation, plus que l'épanouissement et le bonheur de maîtriser un art, plus que la satisfaction de dominer l'adversaire,  plus que le frisson de voir trembler les filets. Nous étions dans un avion volant plus haut que cela encore, c'était un tout, l'émergence d'un esprit collectif, de l'unification des esprits des hommes, femmes et enfants d'un comté uni chez lui comme à  l'étranger".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire